There are no translations available.

ZOOM SUR… Françoise GRELA
Chef de projet médical, Publicis Life Brands

Quel est votre parcours scientifique ?

J’ai un parcours universitaire classique en biologie cellulaire jusqu’au master puis une thèse d’immunologie que j’ai soutenue en septembre 2008.

profil

Quel poste occupez-vous actuellement, en quoi consiste votre emploi ?

J’occupe un poste de chef de projet médical dans une agence de communication médicale qui assiste les laboratoires pharmaceutiques dans leurs activités de communication auprès des médecins. Mon travail est très varié et passe par la rédaction de différents documents de communication sous des formes variées (newsletters, articles scientifiques, sites web) mais aussi par l’organisation de symposiums qui permettent la formation continue des médecins. Je travaille sur des thématiques très variées et souvent sur des sujets de pointe, dans des pathologies lourdes. Mon rôle est d’être le garant du contenu scientifique diffusé sur ces différentes plateformes.

Quels sont vos objectifs professionnels ?

Mon objectif est d’évoluer à moyen terme sur des projets de communication plus internationaux et d’élargir ma palette de compétences en travaillant également sur la communication produit, en d’autres termes la promotion des médicaments (gestion de campagnes de « publicité »).

Comment avez-vous connu le Réseau BIOTechno ?

J’ai connu le réseau BIOTechno assez tardivement en 3e année de thèse, simplement en recevant un email m’invitant à participer aux rencontres BIOTechno. L’année suivante, j’intégrai l’équipe d’organisation de BIOTechno Paris et l’année d’après j’ai assuré la coordination de la journée parisienne, en lien avec le réseau.


photo forum

Pouvez-vous définir votre implication au sein du Réseau ?

Dès mon arrivée dans l’équipe BIOTechno parisienne, j’ai rapidement été missionnée pour représenter Paris au sein du réseau et dans les assemblées générales. Mon implication a été essentiellement locale dans l’organisation des éditions BIOTechno Paris en 2009 et 2010, mais j’ai néanmoins assuré le lien entre l’équipe parisienne et le Réseau. En 2011, j’ai quitté mes activités au sein de BIOTechno, mais je suis quand même venue témoigner à BIOTechno 2011 de mon parcours dans le but de montrer aux doctorants et docteurs que la thèse peut permettre de s’intégrer dans de nombreux domaines en dehors du milieu académique.

Quelles compétences nouvelles avez-vous acquises par la pratique associative ?

Ca va peut-être paraître prétentieux, mais je ne pense pas avoir « acquis » de nouvelles compétences par la pratique associative. Je pense que mes activités associatives m’ont surtout permis de prendre conscience de ces compétences, notamment transversales (gestion de projet, gestion d’équipe, communication). Je pense que c’est surtout la thèse qui m’a permis d’acquérir ces compétences, qui ont ensuite été amplifiées dans l’associatif. En tous cas, une chose est sûre, l’organisation de BIOTechno m’a permis de me mieux me définir et de me positionner face au marché du travail.

En quoi ces compétences ont-elles contribué à votre insertion professionnelle?

Je peux dire que c’est BIOTechno qui m’a permis de trouver un travail, tout du moins indirectement. Je m’explique : je ne m’épanouissais plus en recherche et BIOTechno m’a permis de prendre conscience que j’étais attirée par le milieu de la communication. Pendant mon post-doctorat, je me suis donc mise à m’intéresser aux métiers de la communication et ai essayé de mieux cerner le type de poste dans lequel je pourrai m’épanouir à nouveau. Je suis alors tombée sur le tout petit monde des agences de communication, que j’ai fini par intégrer. Cela n’a pas été facile car il a fallu convaincre et expliquer mon choix de changer de milieu professionnel et c’est là que mon expérience BIOTechno a servi à valoriser mes compétences en communication. BIOTechno a donc été le catalyseur de ma réorientation de carrière.

Quel(s) conseil(s) pourriez-vous donner aux membres / futurs membres du Réseau ?

BIOTechno est une véritable expérience professionnelle et doit être valorisée comme telle. Elle permet en outre de prendre conscience de ses compétences transversales, qui sont nombreuses et que l’on utilise également tous les jours en recherche, même sans s’en rendre compte. Je pense qu’il est bon et salutaire de sortir du laboratoire et de faire et voir autre chose. Cela peut permettre également de réfléchir à son projet professionnel et d’explorer d’autres mondes en dehors de l’académique qui peuvent être tout aussi satisfaisants. Les expériences associatives sont souvent bien perçues par les recruteurs car elles sont le reflet d’une démarche volontaire et engagée pour défendre une cause. Je conseille donc à tous les doctorants et docteurs de s’investir dans l’associatif, BIOTechno ou autre, car il s’agit d’une excellente expérience humaine auprès de personnes motivées mais également un tremplin pour évoluer dans sa carrière professionnelle.

Propos recueillis par Asma Serier, PhD, Chargée de communication du Réseau BIOTechno, 24 octobre 2011.

 

ADN ADOCT AJC logo-jecco-2010